Piolets d'Or - Ascensions lauréates 2018

Ascensions lauréates 2018

GASHERBRUM I (8,068m - Pakistan)

(1) Russian, 2008
(2) Satisfaction!, 2017
(3) Polish, 1983
(4) Spanish, 1983

Face SW intégrale, « Satisfaction ! », 2600m ED+ WI5+ M7.
25 Juillet – 1er Aout 2017.

Satisfaction, la voie réalisée par les Tchèques Zdeněk Hák et Marek Holeček est certainement la dernière ouverture pour une ligne logique dans l’imposante face Ouest du Gasherbrum I. C’est la première ascension intégrale de la face, qui vient compléter la première voie directe au sommet, ouverte en 1983 par Jerzy Kukuczka et Voytek Kurtyka. C’était la quatrième tentative pour Holeček sur cette voie, avec trois échecs marquants où il a vu disparaitre un compagnon de cordée et perdu plusieurs phalanges aux orteils. L’ascension réussie a commencé le 25 juillet 2017, a duré 6 jours, avec un dernier bivouac engagé à 8000m.
Le dernier éperon rocheux, au-dessus de 7800m, a nécessité une telle technicité d’escalade que Zdeněk et Marek ont mis plus de 12h pour réussir un passage de 80m. Mais une fois au sommet, aucun répit pour les alpinistes. Dans la descente engagée via la Voie normale le long du couloir des Japonais, ils ont dû faire face à une tempête de neige et des pentes balayées par les avalanches. Ils sont finalement rentrés au camp de base 8 jours après leur départ.

SHISPARE (7,611m - Pakistan)

Face NE et traversée, « Shukriya », 2700m, ED WI5 M6
18 au 24 Aout 2017

La beauté de cette ligne très convoitée dans une face encore vierge de toute réussite, l’engagement total dans une ascension difficile en style alpin complétée par une traversée du sommet, font de la voie Shukriya, sur la face Nord-Est du Shispare un chef d’oeuvre de l’alpinisme moderne à haute altitude. C’est encore une histoire de persévérance car depuis 2007, le Japonais Kazuya Hiraide a tenté trois fois ce sommet, avec déjà un essai sur cette face Nord-Est. Pour sa quatrième tentative, il a fait équipe avec son compatriote Kenro Nakajima. Les conditions étaient mauvaises dans la région de Hunza l’été dernier, et la cordée a dû affronter une météo instable durant les cinq jours de l’ascension, avec des chutes de neige importantes et de nombreuses purges de neige poudreuse. En atteignant le sommet, ils deviennent seulement la 3ème cordée à réussir l’ascension de cet élégant pic pyramidal dans l’Ouest du Karakoram.

La descente, entreprise sur la voie originale germano-polonaise de 1974 et longeant l’arête Nord-Est puis l’éperon Nord, a été d’une grande complexité. Avec un itinéraire difficile et une visibilité réduite par la météo, l’équipe japonaise a dû batailler deux jours de plus pour rejoindre le camp de base.

NUPTSE NORTHWEST (NUPTSE NUP II, 7,742m - Népal)

Face Sud, « voie des français », 2200m, ED+, WI6 M5+.
14 au 21 Octobre 2017

L’immense face Sud du Nuptse sera toujours pourvoyeuse de challenges techniques pour l’alpinisme en haute altitude. Même l’ouverture de 1961, jamais répétée depuis, est souvent considérée comme la première grande ascension technique réalisée en
Himalaya. En 2015 et 2016, Benjamin Guigonnet et Hélias Millerioux ont ainsi tenté par deux fois l’ouverture d’une nouvelle voie sur la gauche de la face.
Sur leur tentative de 2016, ils étaient accompagnés par Frédéric Degoulet et ont dû renoncer après être montés jusqu’à 7400m. Mais là encore la ténacité a payé et en 2017 les trois Français, aussi connus comme le Gang des Moustachus, ont réussi à terminer la voie en atteignant le sommet du Nuptse Nup II, déjà régulièrement grimpé par la face opposée. Leur itinéraire était particulièrement audacieux, dans un terrain essentiellement raide et technique. L’engagement était total, avec aussi des risques objectifs important, et l’ascension a nécessité une réelle expertise en escalade sur glace avec au moins une douzaine de longueurs en WI5 et plus. Les trois Français ont bivouaqué cinq fois sur la montée et une sixième fois à la descente, réalisée essentiellement en rappel. Cette ascension très technique devrait devenir une voie iconique dans le domaine de l’himalayisme moderne.

MENTION SPECIALE - NILKANTH (NILKANTHA, 6,596m - Inde)

Face SW, « obscured perception », 1400m, WI5 M6 A0 70°
28 sept au 2 octobre 2017

La face Sud-Ouest du sommet aiguisé du Nilkanth (aussi appelé Nilkantha et culminant à 6596m) dans le massif du Garhwal, au coeur de l’Himalaya indien, a été décrite en 2000 par la cordée qui réalisa la première ascension de l’arête Ouest comme un « challenge technique super-alpin ». Atteindre le pied de la face est déjà une belle aventure et implique une exposition forte à des risques objectifs. La route pour le sommet, suspendu 1400m plus haut, alterne ensuite entre un terrain mixte piégeux et de superbes longueurs de glace raide. Cette face a été gravie pour la première fois à l’automne 2017 en 4 jours, par trois alpinistes originaires des USA. Dans le crux de la voie, dans la partie supérieure de l’itinéraire appelée le château, ils ont franchi des difficultés cotées en WI5, M6, A0, alternant avec des longueurs en neige à 70°. Ils ont baptisé cette voie « Obscured Perception », et il n’a pas échappé au jury des Piolets d’Or que cette cordée était majoritairement composée de femmes.

Cette face avait fait l’objet de plusieurs tentatives et en 2015 c’était un objectif pour le duo Anne Gilbert Chase et Jason Thompson. Pour constituer une cordée de trois et mettre un maximum de chances de leur côté, ils convièrent Caro North à l’aventure. Du fait des conditions météo, ils ne purent tenter leur ascension et le trio a parcouru l’arête Ouest jusqu’à 6400m. Le parcours prévu pour leur descente. Ce repérage s’avérera essentiel pour la réussite de leur entreprise en 2017, lorsque Chase et Thompson décidèrent de retourner tenter la face Sud-Ouest, cette fois accompagnés de Chantel Astorga. La cordée partit pour le sommet le 28 septembre et l’atteignirent le 2 octobre au matin, redescendant par l’arête Ouest dans la foulée. Ce fut une réussite collective, avec une prise de décision partagée et une implication de chacun mais ce sont Astorga et Chase qui ont évoluées en tête sur la majorité de la voie, notamment dans les deux longueurs clefs.

Cette ascension, et la réalisation récente de Slovak Direct par Chase et Astorga sur la face Sud du Denali (2750m, Alaskan 6, 5.9X M6 WI6+), une des lignes les plus dures du massif, symbolisent la qualité de l’alpinisme féminin et la montée constante de leur niveau. Nous espérons que ces ascensions inspireront et encourageront les femmes alpinistes dans le développement de leur pratique, comme elles nous inspirent tous.

MENTION SPECIALE - ALEX HONNOLD

Nous souhaitons remettre une mention spéciale à Alex Honnold, également américain, pour l’ensemble de son année 2017 et son incroyable contribution à l’escalade.

Dans les montagnes, il a ouvert deux nouvelles routes dans les Ruth Gorge de l’Alaska et a réalisé un remarquable enchaînement de voies en Antarctique. Dans le renommé massif du Fenris Kjeften, au coeur du Queen Maud Land, Honnold a réalisé l’ascension de 14 pics différents via des routes aux difficultés variables. La plus notable des réussites est l’ouverture du pilier Est (appelé Dark Tower) du Stetind (2588m) avec Cedar Wright. Les historiens de l’alpinisme en Antarctique considèrent cette voie comme certainement la plus dure du continent en rocher. Cette escalade, réalisée dans des conditions de froid et avec un fort vent, sur un rocher de mauvaise qualité et permettant peu de protection, a fait dire à Honnold qu’il y avait fait « la voie en tête la plus terrifiante de sa vie ». Venant d’Alex, cela donne une idée de la difficulté !

Pourtant, toutes ces belles réalisations ont été largement éclipsées par l’impensable ascension réalisée par le même Honnold, en free solo à El Capitan, sur la très exigeante voie Free Rider. Sur cette ligne d’une grande difficulté et parfaitement chorégraphiée de bout en bout, Honnold a révélé au monde entier sa maîtrise parfaite de l’escalade en évoluant sans aucun assurage, élevant son niveau à un stade certainement jamais atteint dans l’histoire de la grimpe. Tommy Caldwell, fidèle compagnon de cordée d’Alex est convaincu qu’en termes de contrôle de soi et d’engagement, cette réalisation est « l’un des exploits sportifs les plus marquants de l’histoire ».

Tout cela ne doit pas nous faire oublier les autres engagements d’Alex Honnold en 2017. La Fondation Honnold, lancée en 2012, oeuvre par exemple pour promouvoir le développement durable à travers des partenariats sur l’énergie solaire afin d’apporter une énergie propre dans les endroits les plus reculés de la planète. L’an dernier, en lien avec la Solar Energy Foundation, la Fondation Honnold a ainsi permis la construction de centrales solaires électriques dans des villages éthiopien

Organisateurs et partenaires principaux 2019